Reportages & articles

Vous êtes ici

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

Le maire de Thetford Mines se positionne en faveur de la phase 1 du Centre historique de la mine King

Les membres Conseil municipal de Thetford Mines se prononceront lundi prochain lors de la séance publique sur le début ou non des travaux de la phase 1 du Centre historique de la mine King.

Rediffusion: Ville de Thetford Mines

Le maire de la Ville de Thetford Mines, M. Marc‐Alexandre Brousseau, précise déjà qu'il est en faveur du projet. « Depuis mon élection en novembre dernier, j'ai analysé ce projet sous toutes ses coutures et je suis plus convaincu que jamais de sa pertinence et des retombées positives qui en découleront. C'est pourquoi je vais demander aux membres du Conseil municipal de voter pour la réalisation de la phase 1 de ce projet lors de la séance du 16 juin prochain », mentionne le maire de Thetford Mines.

M. Brousseau ajoute que ce projet permettra de mettre en valeur le patrimoine minier de la municipalité et de la région. « C'est ce même patrimoine qui est à l'origine de notre présence ici. Nous sommes déçus de subir la fermeture de nos mines, de perdre des emplois et du traitement que la CSST nous réserve actuellement, est‐ce qu'à ce titre nous devons renier notre passé? », précise‐t‐il. Il faut savoir que ce projet, subventionné à 80 % par le gouvernement, créera 14 emplois et générera localement 2 millions $ en salaires durant la construction, sans oublier 2 millions $ en achats de matériaux et 788 000 $ en retombées touristiques annuellement durant les premières années.

La phase 1 du projet consiste à mettre en valeur le chevalement KB‐3, ainsi que le bâtiment des treuils et le bâtiment de la forge. Ces bâtiments laissés à l'abandon depuis 1986 constituent un ensemble à fort potentiel architectural et récréotouristique. C'est également dans la première phase que seront aménagés l'ascenseur et l'observatoire qui permettront aux gens d'avoir un point de vue extraordinaire sur la ville.

« Ce futur Centre historique de la mine King contribuera également à la réalisation de trois autres projets alors qu'une portion de la subvention permettra de faire des travaux dans le bâtiment voisin qui appartient à la Ville, soit l'ancienne malterie. Ce lieu historique permettra d'attirer davantage que les 18 000 visiteurs actuels du Musée minéralogique », indique monsieur Brousseau.

À ce jour, environ 350 000 $ devront être assumés par la Ville dans ce projet et ne pourront être subventionnés si la phase 1 ne se réalise pas. « Ce montant est légèrement supérieur à ce que nous devrons payer si la levée de fonds ne dépasse pas son objectif d'un million $. Il reste que la Ville s'engage à investir 125 000 $ pendant 5 ans pour créer une réserve pour imprévus. Ces sommes seront payées à même les revenus d'éoliennes afin d'éviter un impact sur le compte de taxes des citoyens.

L'investissement dans notre bâtiment voisin pour plus de 500 000 $ attirera des subventions de 80 % et diminuera d'autant les sommes à y investir par la Ville », expose le maire.

En résumé, si le projet va de l'avant, la Ville débourserait 300 000 $ plus 125 000 $ pendant 5 ans afin de créer une réserve, soit 925 000 $ au total. Dans le cas où la phase 1 ne se réaliserait pas, la Ville a déjà engagé une somme de 350 000 $ et se priverait de 400 000 $ en subventions pour le bâtiment voisin, soit 750 000 $ plus toute autre dépense y étant reliée puisque la Ville de Thetford Mines a déjà une entente signée avec le Musée à l'effet que leur implication dans ce projet ne devait pas affecter leur budget de fonctionnement. « La différence entre effectuer le projet ou non est d'environ 175 000 $, ce qui représente plus ou moins un kilomètre de pavage. Si nous avions eu à emprunter au lieu d'utiliser notre fonds de développement économique, nous parlerions d'une dépense de 11 000 $ par année pour la phase 1 de ce projet », de préciser monsieur Brousseau.

Le site KB‐3, riche en histoire!

Le site KB‐3 fait partie du berceau historique des trois premières mines d'amiante au Canada ayant commencé leurs opérations en 1878. Pendant plus d'un siècle, l'exploitation de l'amiante chrysotile a constitué l'une des activités minières les plus importantes au Québec et a conditionné la formation et le développement des premiers villages et villes minières du Québec, dont Thetford Mines. Même si aujourd'hui il ne reste que quatre bâtiments et les vestiges du « petit concasseur », la mine King, surnommée King‐Beaver 3 à des fins d'opération par la Société Asbestos, demeure un site témoin important et significatif du patrimoine minier de la région. Le caractère architectural de ses bâtiments, son histoire tout comme sa proximité de la ville, lui confèrent une valeur inestimable comme lieu de mémoire à conserver pour les générations futures.

« Il s'agit d'un magnifique projet porteur de notre identité qui contribuera à susciter de nouveaux investissements commerciaux que ce soit au centre‐ville ou par l'impact positif sur une offre d'hébergement touristique renouvelée », conclut monsieur Brousseau.

Toutes les actualités & reportages